Résultat de votre recherche

Fin des locations de vacances comme Airbnb sur Berlin ? Une solution.

Posté par admin sur 28 avril 2016
| 0

Fin de l’ère Airbnb à Berlin ? Décryptage de la nouvelle législation sur les locations de vacances dans la capitale allemande avec une solution pour les propriétaires.

Capitale d’intérêt touristique très important, Berlin voit sa popularité continuellement évoluer et ce pour des séjours de durées plus ou moins longues.

Conséquence boulversant le marché de l’immobilier berlinois : les locations de vacances non déclarées explosent depuis plusieurs années. Ces dernières, principalement effectuées en ligne sur des sites comme Airbnb actuellement dans la ligne de mire des autorités, pourront faire l’objet de sanctions pécuniaires sévères dès le 30 avril prochain.

Berlin sévit, mais pourquoi ?

Victime d’un engouement grandissant de la part des touristes et malgré des mesures d’encadrements des loyers de ses quartiers prisés, la capitale voit ses loyers en hausse et les prix de vente grimper jusqu’à 7%. Les locaux peinent de plus en plus à se loger ou se voient, dans les situations les plus extrêmes, contraints de déménager en périphérie. Derrière Paris et Londres, Berlin est la 3ème ville la plus visitée en Europe. Elle compte 24.000 logements « réservés », « bloqués », pour des locations de vacances illégales dont 16.000 sur Airbnb.

Quelles mesures vont être mises en place ?

Dès le 1er mai, les propriétaires mettant sans autorisation spéciale leur(s) appartement(s) en location de vacances peuvent encourir jusqu’à 100.000 € d’amende. Ils sont donc dans l’obligation de faire une demande d’autorisation aux autorités qui ne les accorderont très probablement que selon des conditions très strictes afin d’effectivement réduire ce nombre de locations. Le propriétaire sera potentiellement considéré coupable dès la publication d’une annonce sur une des plate-formes internet de locations de vacances.

Quant aux locataires utilisant ces sites et ayant une réservation dans la capitale après le 1er mai, ils ne risquent rien : le propriétaire est principal responsable.

Quelles exceptions ?

La sous-location sans autorisation reste tout de même tolérée pour un propriétaire ayant sa résidence principale à cette adresse et occupant également plus de la moitié de la superficie de l’appartement en question. Il sera autorisé à sous-louer une de ses chambres uniquement et non la totalité du bien.

Concernant les sous-locations d’appartements entiers lors de vacances ou de longs séjours à l’étranger, seules celles respectant les normes locales des loyers seront encore perçues comme légales et tant que le sous-locataire y établira réellement sa résidence principale.

Diverses sources d’information, une application

La mise en pratique de la nouvelle législation et de ses sanctions sera du ressort des quartiers. Le sénat a créé 30 nouveaux postes à cet effet qui iront jusqu’à investiguer les appartements pour contrôler la véracité de certaines informations fournies par les loueurs.

Les autorités berlinoises ont également foi dans le civisme de leurs habitants et proposent à toute tierce personne, voisin ou famille au courant d’une telle pratique, de le dénoncer à l’aide d’un formulaire déjà disponible en ligne.

Vous êtes propriétaire et désirez continuer à louer votre bien ?

Afin de continuer la location de votre appartement sans prendre de risque et pour conserver des baux sans tracas sur le long terme, optez pour une nouvelle stratégie.

En tant qu’agence franco-allemande établie à Berlin, nous offrons un service complet pour la mise en location de votre appartement meublé et son suivi. Grâce à nos connaissances du marché de l’immobilier actuel et notre réseau, nous optimiserons vos locations en toute légalité.

Nos services de mise en location

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

  • Rechercher un logement

    0 € à 3 500 000 €

    Recherche avancée